⟵ Retour

Loi russe sur les boissons alcoolisées - Lettre à M.Wojciechowski, Commissaire à l'Agriculture et à M.Dombrovskis, Commissaire au Commerce

Une version de la lettre traduite en français est disponible plus bas. 

Dear Commissioner,

President Vladimir Putin has just validated an amendment to the Russian law on alcoholic beverages, which prohibits the use of Cyrillic translations of European geographical indications in the wine and spirits sectors. In addition, European exporters are not allowed to mention on the back labels that their products belong to that quality system’s category.  For example, on the back labels they will be obliged to use only the terms “wine” or “sparkling wine”, eliminating all traces of European protected indications. 

Although the full content of the new legislation is still under examination, it appears to be the most significant usurpation of European drinks intellectual property orchestrated by a third country.

This is a new dramatic attack on GIs, which regularly and very fiercely attempt to defend their specificities. To continue their exports to the Russian market, producers will have no choice but to comply with the new law, in order to avoid being accused of counterfeiting.

This usurpation will not only have economic consequences for producers but it may also risk damaging the reputation of those products. An urgent action from the European Union would be needed in order to protect those quality products designations and European Union’s know-how. 

Putin's decision undermines the EU's efforts to ensure the protection of its quality system and can confuse consumers while hampering the brand positioning of European wines and spirits in that country.

We, the undersigned, would like to kindly ask you to use all your diplomatic resources to have the Russian decision overturned as soon as possible and in the longer term to promote the negotiation of an agreement of mutual recognition which would guarantee the full protection of European quality foodstuffs in the Russian market. 

We thank you very much for your utmost attention,

Yours sincerely,

Irène Tolleret 

Marie-Pierre Vedrenne


Cher Commissaire, 

Le Président Vladimir Poutine vient d’approuver un amendement à la loi russe sur les boissons alcoolisées interdisant l’utilisation des traductions cyrilliques des indications géographiques européennes dans les secteurs du vin et des spiritueux. De plus, les exportateurs européens ne sont pas autorisés à indiquer sur leurs étiquettes que leurs produits appartiennent à cette catégorie du système de qualité. Par exemple, les exportateurs seront obligés d’utiliser uniquement les termes « vin » ou « vin mousseux » sur leurs étiquettes, éliminant ainsi toute trace d’indications européennes protégées. 

Bien que l’entièreté du contenu de cette nouvelle législation soit encore en cours d’examen, il semble qu’il s’agisse de la plus importante usurpation de la propriété intellectuelle des boissons européennes organisée par un pays tiers. 

Il s’agit là d’une nouvelle attaque dramatique contre les IG, qui tentent régulièrement et farouchement de défendre leurs spécificités. Pour continuer leurs exportations sur le marché russe, les producteurs n'auront d'autre choix que de se conformer à la nouvelle loi, afin d'éviter d'être accusés de contrefaçon.

Cette usurpation aura non seulement des conséquences économiques pour les producteurs, mais elle risque également de nuire à la réputation de ces produits. Une action urgente de l'Union européenne serait nécessaire afin de protéger les appellations de produits de qualité et le savoir-faire de l'Union européenne. 

La décision de Vladimir Poutine sape les efforts de l'Union européenne pour assurer la protection de son système de qualité et peut semer la confusion chez les consommateurs tout en entravant le positionnement des marques de vins et spiritueux européens dans ce pays.

Nous, soussignés, vous demandons de bien vouloir utiliser toutes vos ressources diplomatiques pour faire annuler la décision russe dans les meilleurs délais et, à plus long terme, pour promouvoir la négociation d'un accord de reconnaissance mutuelle qui garantirait la pleine protection des produits alimentaires européens de qualité sur le marché russe. 

Nous vous remercions vivement de votre plus grande attention,

Respectueusement, 

Irène Tolleret 

Marie-Pierre Vedrenne

Sandro GOZI 

Valérie HAYER 

Christophe GRUDLER 

Ilana CICUREL 

Laurence FARRENG 

Stéphane BIJOUX 

Fabienne KELLER

Bernard GUETTA 

Anne SANDER 

Paolo DE CASTRO

Vlad GHEORGHE

Ivars IJABS

Ivan ŠTEFANEC 

Hilde VAUTMANS 

Frédérique RIES 

Karen MELCHIOR 

Brando BENIFEI 

Adrián VÁZQUEZ LÁZARA 

Christophe HANSEN 

Olivier CHASTEL 

Juozas OLEKAS

Benoît BITEAU

Nicola DANTI 

Charles GOERENS 

Juan Ignacio ZOIDO ÁLVAREZ 

Eric ANDRIEU 

Nuno MELO 

Sylvie GUILLAUME 

Pina PICIERNO

Nora MEBAREK

Nathalie COLIN-OESTERLÉ

Gabriel MATO 

Elisabetta GUALMINI 

Clara AGUILERA

Christine SCHNEIDER 

Isabel BENJUMEA BENJUMEA 

Piernicola PEDICINI 

François ALFONSI 

Damien CARÊME 

David CORMAND 

Gwendoline DELBOS-CORFIELD 

Karima DELLI 

Yannick JADOT 

Michèle RIVASI 

Caroline ROOSE 

Mounir SATOURI 

Marie TOUSSAINT 

Salima YENBOU 

Claude GRUFFAT 

Leopoldo LÓPEZ GIL 

Cristina MAESTRE MARTÍN DE ALMAGRO

Urmas PAET

César LUENA

Alessandra MORETTI

Rasa JUKNEVIČIENĖ


Communiqué de presse - La Commission européenne étudie la conformité de la décision russe sur le Champagne avec les normes du Commerce international
La Commission européenne étudie la « conformité » de la récente décision de la Russie sur le « Champagne » avec les normes de l’Organisation Mondiale du Commerce, selon l’annonce faite aujourd’hui ...
“The first real resistance to a regressive agenda”: Parliament adopts SRHR report (The Parliament Magazine)
Predrag Fred Matić’s report on Sexual and Reproductive Health and Rights was adopted on Thursday, with 378 votes in favour, 255 against and 42 abstentions.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK